© Camomille Blend 2014-2015. Tous droits réservés / All rights reserved. Fourni par Blogger.

Featured Slider

Je sais, je ne suis pas la première à parler de ce nouveau film se déroulant dans le monde de JK Rowling (je vous invite notamment à lire les articles d'Ophélie, de Tiphaine et de Yasmine) mais j'ai vraiment aimé et j'ai envie de prendre l'habitude de vous parler de mes coups de coeur cinématographiques comme j'avais pu le faire pour The Revenant ou Les Délices de Tokyo plus tôt dans l'année. J'attendais ce film avec impatience car j'étais curieuse de savoir ce que pourrait donner un film qui se passe dans le monde d'Harry Potter, mais avec des personnages, un cadre et une époque différents. Grand bien m'en a fait car j'ai adoré du début à la faim!


Le film commence à l'arrivée de Norbert Dragonneau, un sorcier anglais passionné par les animaux magiques, à New York en 1926. Le contexte dans la grosse pomme est très tendu, la méfiance règne car des phénomènes étranges se produisent dans la ville et inquiètent les non-majs (le mot américain pour les moldus, les personnes sans pouvoir magique) autant que les sorciers et le Congrès Magique américain, qui craignent que cela ne révèle leur monde aux yeux de tous et ne déclenche une guerre. Par un concours de circonstances, des animaux magiques échappent à Norbert et envahissent la ville, tandis que des évènements sombres continuent à se produire... Norbert, avec l'aide de plusieurs amis qu'il rencontre à New York, va tenter de récupérer ses animaux et va se retrouver un peu malgré lui dans des aventures aussi palpitantes que dangereuses.

Ce que j'ai le plus aimé dans ce film, ce sont ses personnages. Norbert Dragonneau est je crois, le sorcier le plus attachant du monde (pardon Harry!). Je me suis beaucoup identifiée à lui: il est sensible, maladroit, introverti, un peu solitaire, mais il est aussi profondément gentil et passionné, doux et prévenant, en particulier avec les animaux fantastiques qu'il protège et cache dans sa valise. Il est aussi tellement britannique, comme l'a remarqué mon amie qui m'accompagnait au cinéma, avec son manteau bleu et son écharpe rayée de jaune au milieu des New Yorkais vêtus de couleurs sobres. J'avoue aussi qu'il m'a fait craquer tout le long avec toutes ses petites mimiques, parfaitement interprétées par l'acteur Eddie Redmayne. J'ai aussi adoré le personnage de Kowalski, très drôle et attendrissant lui aussi, et Colin Farrell incarne un Percival Graves aussi mystérieux que charismatique. Tina et Queenie, les deux soeurs complètement différentes l'une de l'autre, m'ont aussi plu, mais je trouve que leurs personnalités ne sont pas assez approfondies et on en apprend finalement très peu sur elles! 


Les animaux magiques sont également passionnants, je les ai découverts avec des yeux d'enfant, admirative une fois de plus de l'imagination incroyable de JK Rowling. En plus, ils sont très bien faits, tellement réalistes et expressifs qu'on en oublie que ce sont des images de synthèse. 

Il y a des moments très marrants et on rit souvent des petites gaffes des personnages. Par contre, d'autres passages sont beaucoup plus sombres et mettent même mal à l'aise... et rappellent des instants sombres de l'histoire. Je trouve que le film oscille entre lumière et obscurité, et le traitement de la photographie le reflète. On retrouve là une bilatéralité ainsi que des thèmes fondamentaux (l'amitié, la solidarité, la célébration de la différence, l'importance de la curiosité, le courage, l'empathie, opposés à l'obscurantisme, le racisme, l'égoïsme, la cupidité et l'ambition démesurée du mal) qui sont très présents dans Harry Potter. Ce film est donc bien dans la continuité de l'univers de JK Rowling, sans toutefois retrouver exactement la même ambiance, bien que le New York des années 20 dégage un charme suranné fou, entre de très beaux décors et les tenues très élégantes des acteurs principaux et des figurants. 

Mon petit regret personnel (en dehors du fait de ne pas l'avoir vu en VO, mais pas toujours le choix dans mon ciné) c'est aussi que JK Rowling n'ait pas d'abord écrit des livres avec cette histoire, je pense que je les aurais dévorés! Il existe bien le livre des Animaux Fantastiques mais c'est une encyclopédie et pas un roman. Par contre je pense que le titre est trompeur car finalement, bien qu'on en découvre beaucoup, les animaux ne sont pas au centre du film, c'est un peu dommage! J'aurais pensé qu'ils allaient jouer un rôle primordial, mais ce n'est pas vraiment le cas.


Je suis sortie de ce film heureuse d'avoir retrouvé une nouvelle histoire de sorciers dans cet univers, mais ça m'a rendue un peu nostalgique sans trop savoir m'expliquer pourquoi, peut être parce qu'en sortant j'allais retrouver le monde des adultes dans lequel je n'arrive toujours pas à me sentir totalement à ma place. Mais ça m'a confortée dans l'idée, à l'image de Norbert, de continuer à être à fond dans mes passions et d'être émerveillée par les mondes magiques et imaginaires de la littérature, du cinéma et des jeux vidéos comme je le suis depuis mon adolescence!

Maintenant, j'attends un autre spin-off, Rogue One, qui lui a pour cadre le monde de Star Wars... si vous savez à quel point j'aime cette saga, imaginez mon impatience! En plus j'ai vu la bande annonce hier, vivement le 14 décembre! D'ici là, restez des adulescents pour toujours, allez au cinéma, et que la magie et la force soient avec vous! ;)

Les animaux fantastiques

Reprenons la visite de la mignonne Nara là où nous nous étions arrêtés dans le dernier article, dans le parc de Nara, en direction du Kasuga Taisha, un sanctuaire shinto entouré de lanternes, plongé dans une ambiance onirique au cœur de la forêt. Après avoir visité le Todai-Ji, nous sortons par la droite et commençons à traverser le parc.

bell nara koen park japan kansai

Nara - Nara-koen, temples et sanctuaires

A l'occasion de mon weekend à Londres avec mes amis le mois dernier, nous n'avons pas pris de bagage en soute, car il fallait ajouter un supplément et pour 3 jours ça n'était pas nécessaire. Mais qui dit pas de bagage en soute dit bagage à main optimisé pour emporter ce qu'il faut, mais juste ce qu'il faut pour le temps du voyage. Pour des voyages plus longs aussi, même avec un bagage en soute, essayer d'alléger sa valise prend tout son sens, surtout si vous allez vous déplacer dans un pays pendant la durée du voyage (comme on a pu le faire en train au Japon ou carrément tous les jours pendant notre road trip écossais) car une valise lourde peut devenir sérieusement pénible quand on doit la tirer dans des immenses halls d'aéroports, dans la rue, ou la monter dans des escaliers tous les deux jours, ou même quand a pas accès à son hébergement dès son arrivée.

Pendant mon adolescence et mes premiers voyages, au Québec puis à différents endroits d'Europe, j'avais tendance (et on est beaucoup à être ou avoir été dans ce cas, oui même toi, avoue!) à emporter mes vêtements préférés, et quasiment deux fois ce dont j'avais besoin, pour avoir du choix sur place et "au cas où". Je mettais des heures à boucler ma valise, à hésiter entre plusieurs choses tout en ne sachant pas si ça allait me servir, à élaborer des tenues parfaites. Je n'ai rien contre la coquetterie, mais depuis quelques années, j'en ai eu marre de toujours galérer avec ma valise, de pester sur place car j'hésitais entre plusieurs tenues, ce qui me faisait perdre du temps qui aurait pu être passé à partir plus tôt faire des visites! Comme on a échangé pas mal de conseils avec mes amis pour nos valises, j'avais envie d'y consacrer un article qui pourrait peut être être utile à certains d'entre vous si vous avez tendance à emporter toute votre penderie sur votre dos alors que vous partez en vacances 3 jours! Depuis que je pense à tout ça, je me bénis à chaque voyage de maintenant faire des valises plus minimalistes.

suitcase bag travel content weekend travelling

Quelques conseils pour une valise plus minimaliste

Déjà un nouveau bilan lecture! Mon copain accumule pas mal de BD qui ont l'air super et que j'ai envie de lire donc j'essaye d'alterner plus souvent avec les romans maintenant! Aujourd'hui, on a donc au programme deux BD très différentes sur le Japon, le dernier Harry Potter et la suite de L'Arabe du futur! Le prochain bilan devrait être publié dans quelques temps et comporter moins de livres car je me suis lancée dans un pavé, Le Nom du Vent, le premier tome de la saga de fantasy de Patrick Rothfuss, et je vais aussi lire en parallèle Le voile de Téhéran de l'auteure iranienne Parinoush Saniee, qui a été sélectionné pour l'édition de novembre du #clublecturems.

onibi atelier sento pichard brun issekinicho tokyo sanpo florent chavouet japon livres

Onibi, Carnets du Japon invisible
Cécile Brun et Olivier Pichard (Atelier Sento)


J'ai pré-commandé cette BD éditée par la maison d'édition Issekinicho dès son annonce: je n'avais aucun doute, je ne pouvais que l'adorer... et ça a bien été le cas! L'Atelier Sento est un couple qui a vécu et fait de nombreux voyages au Japon, et c'est leur premier album. Pour voir un extrait du livre, cliquez ici!

Dans Onibi (feu follet en japonais), Cécile et Olivier sont en voyage dans la campagne proche de Niigata (au nord ouest de l'île principale de Honshu) et achètent un vieil appareil photo argentique dans une boutique mystérieuse. D'après le vendeur, cet appareil a le pouvoir de capturer les yokai, créatures surnaturelles des légendes japonaises, sur sa pellicule. Cécile et Olivier vont donc se mettre en quête de ces esprits pour tenter de les prendre en photo à l'aide de cet objet magique.

J'ai adoré cette bande dessinée! Les dessins à l'aquarelle sont très beaux, avec de superbes couleurs toutes douces. Je ne sais pas vous, mais c'est très important pour moi d'apprécier le graphisme des bandes dessinées, c'est peut être idiot mais si je suis tentée par le scénario mais que les dessins me déplaisent j'apprécie moins la lecture. En lisant Onibi, j'ai passé beaucoup de temps à les admirer. Le scénario n'est pas non en plus en reste: du fantastique comme on l'aime, avec aussi de l'humour et des personnages attachants. On apprend pas mal de choses sur le folklore japonais et c'est passionnant! Hors des lieux touristiques connus, c'est une porte d'entrée vers le Japon mystique. On a aussi très envie de visiter les très beaux endroits où leur quête de photos les mène! J'aime aussi le fait qu'ils mêlent vrais souvenirs de voyage et imagination. Je pense que c'est un incontournable pour un fan de Japon, mais il peut plaire à tout le monde, surtout si vous aimez les légendes et histoires étranges.


Tokyo Sanpo
Florent Chavouet

Une autre BD sur le Japon (mais totalement différente) et plus précisément Tokyo! Florent Chavouet y a vécu six mois en 2006 alors qu'il accompagnait sa copine qui était en stage. Avec lui, il a emporté ses crayons et a passé beaucoup de temps à se promener, à observer, et à dessiner ce qui lui a plu, l'a interpellé et étonné alors qu'il arpentait les rues tokyoïtes au quotidien.

Avec un œil curieux d'étranger occidental, il nous livre ses impressions quartier par quartier (avec des super plans à chaque début de chapitre pour repérer les endroits dont il parle). Ici aussi, j'ai adoré le graphisme: ses dessins colorés au crayon sont très agréables à regarder. Ils sont agrémentés de plein de petites remarques et anecdotes écrites à la main qui sont très intéressantes et marrantes! Il a un sens du détail incroyable! Ce livre n'est pas un guide (même si on peut noter quelques idées et adresses) mais un véritable carnet de voyage, très original et plein de personnalité. 

En ouverture de sa préface, il dit que Tokyo est "la plus belle des villes moches". Je suis tout à fait d'accord avec lui, les bâtiments y sont très carrés, presque austères, il semble n'y avoir aucune harmonie dans l'urbanisme, les fils électriques et les pompes à chaleur sont apparentes partout... cela lui confère pourtant un charme inouï qui est difficile à expliquer à quelqu'un qui n'y est jamais allé, mais qu'il retranscrit à merveille dans les pages de Tokyo Sanpo. Nul doute que si vous avez déjà exploré un peu la capitale japonaise, cela vous rappellera de jolis souvenirs, sinon, c'est un bel avant-goût des mille étonnements et découvertes qui vous y attendent!




Harry Potter & the cursed child
Jack Thorne (basé sur une histoire de John Tiffany, Jack Thorne et JK Rowling)

Depuis son annonce, je l'attendais avec une impatience mitigée: hâte de me replonger dans mon univers préféré ex-aequo avec le monde de Tolkien, mais peur de la déception! Je pense que la plupart des fans de Harry Potter étaient plus ou moins dans mon cas... C'est pourquoi je ne me le suis pas procuré dès sa sortie en anglais le 31 Juillet, mais deux mois plus tard. Je ne vais pas résumer le livre de peur de vous en révéler trop, mais je pense que vous savez presque tous que c'est une histoire qui se passe dix-neuf ans après le dernier tome, Harry Potter et les reliques de la mort.

J'ai fait du théâtre étant plus jeune, donc le format script avec didascalies ne m'a pas du tout gênée, c'est juste une autre forme de narration qui ne m'a pas dérangée dans le rythme ou la compréhension de l'histoire. Néanmoins j'ai trouvé les actes hyper longs avec énormément de scènes! Globalement, sans que ce soit un coup de cœur, j'ai beaucoup aimé ce livre. Mais je ne m'attendais pas non plus à l'aimer autant que ses 7 prédécesseurs: je l'ai donc dévoré avec plaisir, sans avoir de grandes attentes, et j'ai bien fait! J'ai adoré retrouver les héros, mais ils sont plutôt mis au second plan: les personnages principaux sont en fait deux des enfants de personnages qu'on connaît bien. J'ai cependant trouvé que leur personnalité n'était peut être pas assez développée, on a du mal à vraiment s'attacher à eux. Par contre, le scénario est prenant et plein de nouvelles trouvailles, tout en restant fidèle à l'univers et aux touches d'humour british dont seule JK Rowling a le secret. Je vous le conseille si vous êtes fan d'Harry Potter (si vous n'avez pas lu les tomes d'avant je pense que c'est dommage car vous ne saisirez pas toutes les nuances et références) par contre ne vous attendez pas à un vrai tome 8, plus à un spin-off de la saga même si techniquement c'est la suite! 


L'Arabe du futur 3
Riad Sattouf

Je vous ai déjà parlé des deux premiers tomes de cette BD ici, et j'attendais le troisième avec impatience! Toujours en Syrie, Riad Sattouf nous raconte la suite de son enfance au Moyen-Orient.

On retrouve dans ce tome tout ce qui fait la qualité des deux premiers: des dessins faussement naïfs, des personnages à la personnalité très marquée (notamment son père, qui est touchant mais dont on ne comprend pas toujours les décisions) et des moments très drôles, mais aussi émouvants, plus sérieux ou étonnants. Il apporte aussi davantage d'éclairage sur l'histoire du pays et la géopolitique de la région à cette époque, au milieu des années 80. Alors que la situation est catastrophique en Syrie à l'heure actuelle, ce livre permet de voir une autre image que celle d'un pays en guerre, permet d'en apprendre beaucoup sur la culture et les traditions syriennes, et c'est passionnant! (oui, j'utilise beaucoup ce mot mais que voulez-vous, les cultures différentes de la mienne m'intéressent de plus en plus!)

Et vous, quelles sont vos dernières lectures?


PS: Vous avez remarqué? Le design du blog a changé! J'ai trouvé un thème sur Etsy  puis je l'ai personnalisé, je voulais quelque chose de plutôt minimaliste avec des vignettes sur la page d'accueil et un menu déroulant plus complet pour les catégories, je pense que ça correspond parfaitement! J'espère que ça vous plaît, n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez!

Lectures d'octobre

Suite de mon road trip en Ecosse: on quitte Édimbourg et on part sur la route avec au programme, la visite de Doune Castle suivie d'une balade au bord du Loch Katrine dans le parc national des Trossachs! Nous avions prévu davantage de visites ce jour là, mais on a été fortement retardés, la faute à une petite mésaventure, ce qui fait qu'on a eu seulement l'après-midi pour faire ce qu'on avait prévu puis rejoindre Balloch, à la pointe sud du Loch Lomond, où nous avons passé la nuit.

Petit résumé du contretemps en question: 10h, nous nous rendons à l'agence Avis à Edimbourg pour récupérer la voiture: une jolie Ford Fiesta, tout est nickel, on se dit que ça va pas être si compliqué de rouler à gauche, et c'est parti! Sauf que le GPS fait des siennes, capte notre position 1 fois sur 2 et ne nous indique jamais la même route, tant et si bien qu'au bout de seulement 1km, on se gare pour le re-paramétrer, mais on tape le trottoir avec le pneu en se garant à gauche... Avant de repartir, je sors quand même pour vérifier si on a pas rayé la voiture. Et là... pas de rayures... mais un pneu totalement à plat! Autant vous dire que je voyais déjà notre road trip foutu! Après un gros énervement, on se calme et on  se dit qu'on va mettre la roue de secours... pas de roue de secours!!! (et c'est normal en fait, les agences de location n'en incluent pas pour réduire la consommation d'essence... heureusement qu'on a crevé en ville!) J'appelle l'assistance, qui nous envoie un réparateur qui met plus d'1h à arriver, mais très sympa, il nous a changé le pneu et on a pu repartir, non sans stress, à 12h, en direction de Stirling. Pour la petite anecdote, le GPS nous a tellement énervés ce jour là qu'on a fait tout le road trip à l'ancienne avec uniquement la carte, et ça c'est super bien passé!

Voilà pour ces débuts quelque peu chaotiques, mais impatients de partir découvrir les terres écossaises, nous retrouvons rapidement le sourire! Ayant perdu du temps nous décidons de ne pas nous arrêter à Stirling et d'aller directement au château de Doune. Les paysages commencent à changer et nous nous retrouvons assez vite dans la campagne écossaise, avec plein de jolis villages et prairies, avant de trouver le charmant village de Doune et surtout son majestueux château!

doune medieval castle scotland scottish uk stirlingshire

Ce château construit au XIVème siècle est connu car il a été le lieu de tournage de nombreux films et séries, comme Monty Python Sacré Graal (film culte dans ma famille!) ou plus récemment Outlander (univers que je n'ai pas encore découvert mais qui me tente beaucoup!) et Game of Thrones (Une partie de Winterfell dans le pilote de la série). L'entrée coûte 5.50£ par adulte et 3.30£ pour les enfants.

doune medieval castle scotland scottish uk stirlingshire

doune medieval castle scotland scottish uk stirlingshire

doune medieval castle scotland scottish uk stirlingshire

D'ailleurs, c'est Terry Jones des Monty Python qui parle dans l'audioguide, avec des petites anecdotes sur la vie du château et des petites touches d'humour anglais comme on les aime! Si vous comprenez l'anglais je ne peux que vous conseiller de le prendre: il est gratuit et c'est absolument passionnant d'apprendre la fonction des pièces et la vie des personnes qui y ont vécu! Depuis l'intérieur, on a une super vue sur la campagne environnante et les montagnes au loin.

doune medieval castle scotland scottish uk stirlingshire landscape view

doune medieval castle scotland scottish uk stirlingshire

doune medieval castle scotland scottish uk stirlingshire

Après avoir visité les nombreuses pièces intérieures (je n'ai pas mis de photos car elles sont beaucoup trop sombres) n'oubliez pas de faire le tour par l'extérieur, c'est très joli! Comme nous n'étions pas en pleine saison, il y avait peu de monde et c'était très agréable.

doune medieval castle scotland scottish uk stirlingshire

doune medieval castle scotland scottish uk stirlingshire

doune medieval castle scotland scottish uk stirlingshire

cat black white

Une petite rencontre derrière le château!

doune medieval castle scotland scottish uk stirlingshire

doune medieval castle scotland scottish uk stirlingshire

doune medieval castle scotland scottish uk stirlingshire

J'ai vraiment adoré la visite de Doune Castle, c'était une belle entrée en matière pour les châteaux écossais, que j'avais terriblement hâte de visiter! C'est un petit détour bienvenu quand on fait la traversée est-ouest d'Edimbourg au Loch Lomond. D'ailleurs, repartons dans cette direction en passant par la très, très jolie région des Trossachs. Depuis Doune, nous prenons la direction de Callander, pour continuer ensuite en direction du Loch Katrine. C'est pendant ce trajet que nous longeons notre premier loch, le Loch Venachar, au bord duquel nous faisons une petite pause photo, suivi du Loch Achray.


loch venachar scotland uk trossachs

loch venachar scotland uk trossachs

Peu après, vers 16h30, nous arrivons au Loch Katrine. Nous croisons d'autres marcheurs tandis que nous commençons à suivre le chemin qui longe le lac, mais le calme règne, seulement troublé par le clapotis de l'eau et le vent qui souffle dans les arbres. Le soleil joue avec les nuages, les reflets de l'eau et les montagnes au loin, le paysage qui nous entoure est sauvage.

boat loch katrine trossachs scotland uk

loch katrine trossachs scotland uk


loch katrine trossachs scotland uk

loch katrine trossachs scotland uk


branches nature bud loch katrine trossachs scotland uk

loch katrine trossachs scotland uk

loch katrine trossachs scotland uk

loch katrine trossachs scotland uk

loch katrine trossachs scotland uk

Mais nous sommes un peu pressés par le temps, nous devons arriver avant 18h30 au Bed and Breakfast à Balloch, nous devons rebroussoer chemin pour retourner à la voiture. Pour rejoindre notre point de chute pour la nuit, nous prenons la route qui passe par un col en direction d'Aberfoyle, et nous nous retrouvons vraiment au cœur du parc naturel des Trossachs. De vastes forêts de pins décorent le relief, au détour d'un virage, on domine un loch, et au loin, on aperçoit la cime des rondes montagnes qui nous entourent. Ce n'était pas forcément hyper dépaysant pour nous, savoyards habitués à la forêt, aux lacs et à la montagne, mais c'était très beau et je regrette vraiment que nous n'ayons pas eu le temps de nous arrêter sur cette route! Je vous en donne tout de même un aperçu, les photos ne sont pas très nettes car prises en roulant, mais j'espère qu'elles rendent compte de la beauté des paysages.

trossachs scotland uk

trossachs scotland uk

trossachs scotland uk

trossachs scotland uk

Premiers gros coups de cœur pour un château et des paysages, qui ne seront pas les derniers, loin de là, pendant ces 10 jours en terre écossaise. Ce n'est que le début, je vous donne rendez-vous bientôt pour la suite avec Luss et le Loch Lomond!

Voici le trajet que nous avons fait pour cette première journée:

Road trip en Ecosse #3 - Doune Castle et Les Trossachs

Rentrée dimanche d'un super weekend entre amis à Londres, je reviens avec un nouvel article Capharnaüm avec comme d'habitude mes découvertes et coups de cœur récents et un peu de blabla!


- Dimanche, j'ai eu 28 ans! J'ai passé une excellente journée d'anniversaire à Londres avec mes amis, avec un bon brunch au Breakfast Club de London Bridge (beaucoup d'attente mais excellent) et une balade au bord de la Tamise jusqu'au Tower Bridge avant de reprendre l'avion. Franchement, ça aurait pu être pire, non? :)

london tower bridge thames uk united kingdom

Je jette toujours un regard sur l'année passée au moment de mon anniversaire, et je suis très contente de tout ce que j'ai vécu depuis le dernier, j'espère que ça va continuer comme ça! Quelques remises en questions sont toutefois présentes comme toujours, qui mèneront peut être à de nouveaux projets, mais je me laisse encore quelques temps pour y réfléchir! Je ne perds pas mes utopies, mes rêves et mon âme d'enfant, et plus j'avance, plus j'assume mes choix et surtout le fait de vivre ma vie comme je l'entends sans céder aux pressions sociales et en écoutant uniquement mon cœur et mon instinct (et puis un peu la raison, quand même). Je veux continuer à vivre entourée des gens que j'aime, toujours l'esprit ouvert et curieux, faire et découvrir des choses qui me passionnent, continuer à essayer de vivre plus en accord avec mes convictions  et mes goûts et défendre ce qui compte pour moi. La vie est courte et je compte bien ne pas la laisser filer!


life adventure hey kaila creates


- Le nouvel album d'un de mes groupes préférés, Opeth (dont je ne me remets toujours du concert au Trianon il y a un an tellement c'était magique) est sorti le 30 septembre! Ils font un métal de plus en plus progressif et mélodique, et si le dernier album, Sorceress, m'a moins plu que les précédents (tout en étant vraiment bien), j'aime beaucoup plusieurs chansons et j'ai eu un coup de coeur absolu pour Will O The Wisp, l'une des plus belles que j'ai pu entendre ces derniers temps... pour moi, cette ballade est parfaite, emplie de mélancolie et de poésie avec une ambiance dont seuls Opeth ont le secret. Et que dire de la voix de Mikael Akerfeld et sa façon de poser les paroles... qu'est ce que j'aime ce groupe! Ecoutez la, vraiment!



- A la recherche de nouvelles bottines noires pour cet hiver, je souhaite aussi arrêter d'acheter des choses contenant du cuir, je suis donc partie en quête de chaussures vegan! J'avais lu il y a longtemps l'article de Julie sur la marque Wills, elle était hyper satisfaite de ses bottes donc j'ai suivi son conseil, et mon copain m'a offert cette jolie paire de Chelsea boots pour mon anniversaire! Pour le moment, j'en suis très contente, on dirait du vrai cuir, elles sont douces, confortables et de très bonne qualité, elles sont en train de devenir mes nouvelles chaussures basiques pour cette saison!

wills vegan shoes chelsea boots


- Côté jeux vidéos, je ne joue pas beaucoup en ce moment mais un vendredi soir à la maison, je me suis lancée dans Journey... que j'ai fini d'une seule traite en environ 3h! Dans ce jeu très prenant et immersif, vous incarnez un mystérieux personnage drapé dans un voile rouge. Tout commence au milieu du désert, avec une montagne au loin, sans la moindre explication et sans la moindre parole, ce qui reste le cas pendant toute la durée de l'histoire. Avec des graphismes somptueux, une musique envoûtante et une prise en main simple mais très épurée, Journey invite le joueur à déduire des éléments de son environnement ce qu'il faut faire pour progresser. 

journey video game ps3 ps4 playstation gaming

Très vite, on comprend le principe du jeu, même si certains passages demandent quelques instants de réflexion et de tests pour continuer.  Au fil du jeu, on rencontre des compagnons, qui sont en fait de vrais joueurs comme vous, mais on ne peut savoir que pendant les crédits de fin de qui il s'agissait! Plus qu'un jeu, c'est une expérience sensorielle qui vous fera vous évader depuis votre salon dans une ambiance unique, magique et mystique. Journey est disponible sur PS3 et PS4, sur le Playstation store (24,99€). Vous pouvez en avoir un aperçu en regardant le trailer ci-dessous!




- Pour finir, j'ai aussi acheté des petites choses à Londres! La Potterhead que je suis n'a pas pu résister à un t-shirt Poudlard, trouvé sur le marché à Camden, et à un charm des reliques de la mort au magasin Harry Potter à la gare de King's Cross: j'ai déjà un bracelet Pandora et je l'ai ajouté dessus, j'adore! J'ai aussi craqué pour ces chaussettes chat trop kawaii à Portobello et ce tsum tsum de Marie des Aristochats au Disney Store... (je vous rappelle au passage que je viens d'avoir 28 ans!) Sans oublier cette jolie carte postale car c'est vrai, il y a toujours un peu de temps pour une tasse de thé et une part de cake!



Et comme il me restait pas mal de livres sterling en arrivant à l'aéroport pour rentrer, j'ai pu un peu profiter des achats en duty free!  J'ai pris cette crème hybride teintée Urban Decay: en plus de colorer le teint de façon légère et naturelle et cacher les imperfections, elle promet de resserrer le grain de peau et surtout elle a une protection SPF 20, c'était tout à fait ce que je cherchais! C'est une marque de cosmétiques que j'aime beaucoup, la compo n'est pas naturelle ni bio, mais ce sont de bons produits qui ne sont pas testés sur les animaux. Je ne me maquille pas le teint pendant l'été car je trouve que ça n'est pas nécessaire, par contre en hiver j'ai la peau tellement blanche que j'aime bien avoir meilleure mine! J'en ai aussi profité pour ajouter deux livres en VO que je souhaite lire depuis longtemps à ma bibliothèque: Memoirs of a Geisha de Arthur Golden et To kill a mockingbird de Harper Lee (dont la couverture est sublime). Je vous dirais ce que j'en pense quand je les aurais lus! Bon pour Mémoires d'une Geisha, ça se passe au Japon et je suis déjà fan du film alors ça m'étonnerait que ça ne me plaise pas!



Je vous souhaite une bonne fin de semaine et un excellent weekend automnal!

Capharnaüm #11

Retour à Nara où je vous avais déjà fait visiter le jardin Isui-en et le quartier de Naramachi! Cette fois allons du côté de deux des temples bouddhistes les plus connus de la ville: le Kofuku-Ji puis le Todai-Ji! Ils sont situés assez proches l'un de l'autre donc nous avons tout fait à pied. Un peu avant le Kofuku-Ji (dont vous apercevez la pagode à cinq étages (goju no to) sur la première photo - c'est la seconde plus grande du Japon) nous longeons un étang qui offre de jolis reflets.

nara kofuku ji lake reflection pagoda japan asia

Nara - Kofuku-Ji et Todai-Ji

Ça fait quelques temps que j'ai repéré une manière de décorer les murs que j'adore: l'accumulation de cadres de différentes tailles, couleurs, disposés un peu au hasard les uns à côté des autres sur un grand mur uni... Nos murs blancs sont encore bien (trop) vides, mais nous avons dans l'idée de reproduire ça chez nous en dénichant différentes affiches, posters, images à encadrer et agencer au-dessus de notre canapé, qui refléteraient nos personnalités et nos goûts (donc de la culture geek, du rock and roll, des voyages, du Japon, des illustrations...)

Petite mention spéciale aux plans de villes et aux cartes: j'adore ça, je trouve ça très graphique est esthétique! J'ai bien envie de me ramener un grand plan du métro de Londres pendant ma petite excursion entre amis du weekend prochain...

Pour l'inspiration, comme d'habitude, j'ai fait un tableau Pinterest pour me donner des idées, je vous propose de découvrir ma sélection!

frame wall home decor interior design

Inspiration déco: Les murs de cadres

grignan drome provence rhone alpes france

Un petit tour à Grignan

On finit le mois (youpi, on va être en octobre, mon mois préféré de l'année!!) avec un nouveau bilan de lecture, avec deux BD et deux romans assez variés, que j'ai lus au mois d'août et pendant mes vacances! Mon rythme de lecture est toujours plutôt lent et je doute réussir mon challenge Goodreads pour 2016 car j'en suis à seulement 12 livres sur 25 et il reste trois mois... Je me suis un peu sur-estimée, mais bon, ça n'est pas la course, non? Trêve de blabla, voici mes lectures des deux derniers mois!


Côté romans

passenger alexandra bracken trois chevaux erri de luca books livres

Trois Chevaux
Erri de Luca

Je n'avais jamais entendu parler de ce livre, mais je fais partie d'un club de correspondance dérivé du club lecture MS, et ce printemps nous avons fait un échange de livres! J'ai donc reçu celui-là de Sofia, une de mes correspondantes, et je l'ai lu cet été. Le narrateur est un quinquagénaire italien qui revient au pays après avoir vécu en Argentine et avoir fui sa dictature (entre 1976 et 1983) à cause de laquelle il a perdu sa femme, et qui tente de reconstruire sa vie. Il est jardinier, il vit seul et les jours se suivent et se ressemblent, jusqu'à ce qu'il rencontre une jeune femme qui bouleversera son cœur et sa vie.

L'écriture de ce livre est assez particulière, les phrases sont assez succinctes et dépouillées, mélangeant le passé et le présent, les pensées et les paroles, il faut un petit temps d'ajustement mais assez vite, on est pris dans cette écriture à la fois directe, poétique et métaphorique. Il parle de l'exil, du deuil, de jusqu'où on peut aller par amour, comment les rencontres peuvent changer une vie et une destinée. On s'émeut de lire cet amour naissant et grandissant, on lit avec tristesse, émotion ou joie les souvenirs du narrateur, certains magnifiques et d'autres terribles. C'est l'histoire d'un homme qui, arrivé au milieu de sa vie se retourne sur les multiples vies qu'il a déjà vécues, dont le passé est omniprésent mais qui n'aspire qu'à se laisser charmer et emporter par le vent de l'avenir. Peut être pas un coup de cœur absolu mais une lecture très agréable qui m'a changée de tout ce que j'avais pu lire jusqu'à présent! Merci Sofia pour cette découverte que je n'aurais sans doute pas faite seule!


Passenger
Alexandra Bracken

Je l'avoue, c'est au départ la couverture qui m'a attirée dans ce livre! Le résumé a fini de me convaincre, un peu énigmatique... Pour le coup, c'est tout à fait ce que j'aime lire: du fantastique young adult intelligent! Etta, jeune New-Yorkaise de 17 ans est une prodige du violon et son avenir semble tout tracé alors qu'elle s'apprête à donner son premier concert et lancer sa carrière de musicienne professionnelle. Mais tout ne va pas se passer comme prévu, et elle va se retrouver brutalement à des kilomètres... et à des années de sa vie quotidienne. Elle se réveille en 1776 sur un bateau, mené par le corsaire Nicholas Carter, et apprend rapidement la raison de sa présence: la puissante famille Ironwood pense que seule Etta peut retrouver un objet qu'ils convoitent depuis très longtemps. Ils ne lui laissent pas le choix, la menaçant de tout perdre. Va s'en suivre une quête semée d'embûches à travers le monde et les âges pour Etta et Nicholas... 

Le voyage dans le temps est un thème qui m'a toujours énormément plu, et ce livre ne fait pas exception! C'est un thème assez récurrent dans la littérature, mais Alexandra Bracken a écrit un livre très original et prenant, dans lequel on s'attache très vite aux personnages à la psychologie et aux relations complexes. L'auteure a fait un important travail de recherches historiques et géographiques, pour que les lieux décrits aux époques visitées par les personnages correspondent réellement à ce qu'était la réalité, et cela se ressent! Le scénario ne cesse de nous surprendre au fur et à mesure que de nouveaux éléments de l'intrigue sont révélés. Je n'ai pas envie de vous en révéler tellement plus pour ne pas vous gâcher la lecture, mais vraiment, j'ai adoré et si le résumé vous donne envie de le lire, je ne peux que vous le conseiller.

J'ai lu ce livre en anglais, il est sorti en Janvier 2016 mais je ne suis pas sûre qu'il existe déjà une traduction française, j'espère qu'elle sortira un jour. Par contre, une suite, Wayfarer, est prévue et devrait être publiée début 2017, j'ai hâte!


Côté BD


coquelicots d'irak findakly trondheim transperceneige rochette lob legrand bd graphic novel books livres


Transperceneige
Jacques Lob, Jean-Marc Rochette, Benjamin Legrand

Je vous en avais déjà parlé dans mon book haul d'anniversaire que j'avais publié l'année dernière, mais je ne l'ai pas lu avant cet été! Cette édition est en fait une intégrale des trois tomes.

Dans un monde post-apocalyptique, la Terre est totalement couverte de neige et de glace et le dernier bastion de l'humanité est un train lancé à toute allure, le Transperceneige, qui parcourt le monde sans s'arrêter. A l'intérieur, les wagons sont hiérarchisés: les derniers sont les plus pauvres, entassés dans des wagons à bestiaux, tandis que l'avant du train, luxueux, est occupé par la classe dirigeante et aristocrate. Un jour, Proloff, l'un des passagers du fond du train va tenter de le remonter, aidé par Adeline, une jeune femme faisant partie d'un groupe d'aide aux wagons les plus pauvres du convoi...

Dans le second et le troisième tome, on se trouve dans un autre Transperceneige, dans lequel on suit la destinée d'un arpenteur, des passagers chargés de faire des expéditions à l'extérieur du train lors de brefs arrêts au péril de leur vie, tandis que la population vit dans la peur de percuter l'autre train, avec qui le contact a été coupé...

J'ai beaucoup aimé cette BD qui a de très beaux dessins monochromes, tout est en noir et blanc ce qui renforce l'intensité dramatique de l'histoire. C'est une nouvelle interprétation de la lutte des classes: à bord de ce train règne un climat dictatorial et profondément inégalitaire. La corruption et les luttes de pouvoir règnent dans le train, l'autorité réprime toute forme de désaccord et de dissidence. Proloff et Adeline en font amèrement l'expérience tandis qu'ils remontent vers l'avant et commencent à percer des secrets jusque là volontairement cachés et gardés... Un futur sombre et inquiétant pour l'humanité, qui amène, comme beaucoup de récits dystopiques, à faire des parallèles avec le monde actuel, ses abus et ses inégalités, et mène à des réflexions sur la folie dont l'humanité peut faire preuve. Une histoire magistrale, intelligente et extrêmement prenante!

Coquelicots d'Irak
Brigitte Findakly et Lewis Trondheim

S'il y avait une sortie BD à ne pas rater cet été, c'était bien celle là! Brigitte Findakly est née en 1959 en Irak d'un père irakien et d'une mère française et y a passé toute son enfance, avant qu'elle n'émigre vers la France en 1973 avec sa famille. Elle raconte le quotidien de sa vie là bas, dans la ville de Mossoul, l'école, ses parents, les évolutions politiques entre coups d'états successifs et restriction progressive des libertés, là où au départ c'était un pays plutôt libre.

Finalement, on ne sait pas grand chose de ce pays du Moyen-Orient qui depuis le début des années 1980, a plongé dans la dictature puis dans la guerre, et cette BD apporte un éclairage sur l'histoire mais aussi les traditions du pays, et c'est passionnant. Il y a aussi souvent des anecdotes drôles et amusantes. Dans la même veine que L'Arabe du Futur de Riad Sattouf avec la Syrie (dont j'avais parlé ici - et dont le 3ème tome sort le 6 octobre!!) elle raconte un Irak vivant, avant que l'histoire ne vienne commencer à le détruire... Les dessins de Lewis Trondheim, quant à eux, sont très jolis et faussement naïfs. Un passage m'a particulièrement marqué: en 2014, Brigitte Findakly raconte qu'une de ses cousines irakiennes de Moussoul est partie en vacances en Géorgie. Un jour après son départ en vacances, Daesh envahissait la ville... ils n'ont jamais pu rentrer chez eux. Il y a beaucoup d'autres moments émouvants et poignants.... A lire, vraiment, on le referme en se sentant moins bête, en comprenant mieux l'actualité, en se rendant compte de la chance qu'on a de pouvoir vivre dans notre pays sans avoir à le fuir, et en espérant du fond du coeur que l'Irak renaîtra un jour de ses cendres.


Je vais maintenant me plonger dans Harry Potter and the Cursed Child que j'ai enfin acheté, j'ai terriblement hâte de le découvrir! Je ne manquerais bien sûr pas de vous donner mon avis dessus dans le prochain article lecture!

Et vous, qu'avez-vous lu récemment?

Lectures d'août et septembre